JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3 JOUR 4

La Réponse autonome des peuples au Sommet de l’ONU sur les systèmes alimentaires vous invite à participer à une mobilisation colorée en parallèle et en amont du pré-sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires.

RALLYE VIRTUEL MONDIAL POUR TRANSFORMER LES SYSTÈMES ALIMENTAIRES DES ENTREPRISES | 25 juillet 2021

Le dimanche 25 juillet, un rassemblement virtuel mondial de 8 heures ouvrira la Contre-mobilisation populaire pour transformer les systèmes alimentaires des entreprises. Une mobilisation en ligne et hors ligne se déplacera comme une vague touchant tous les continents, dépassant les frontières et réaffirmant notre unité et notre lutte de résistance contre la capture des systèmes alimentaires par les grandes entreprises de l’agrobusiness. Nous célébrerons notre diversité et exposerons notre joie ! Il y aura des interventions politiques, des témoignages et des visions sur la manière de transformer radicalement nos systèmes alimentaires, notamment par le biais de performances artistiques, de musique, de poèmes et de danse. Bref, un riche programme de vidéos et d'actions en direct. Restez branché.e.s et prêt.e.s à vous mobiliser!

10:00 - 18:00 CEST (heure de Rome, vérifiez votre fuseau horaire ici)
 Rallye virtuel mondial

rEGARDEZ LA VIDÉO

TABLES RONDES | 26 juillet 2021

Cette deuxième journée a pour but d'offrir un espace de dialogue substantiel sur certaines des lignes de faille critiques du sommet, avec un accent particulier sur les différents domaines où la capture par les multinationales de l’agrobusiness se matérialise. Des représentants des petits producteurs alimentaires, des peuples autochtones et des organisations de la société civile dialogueront avec les États membres, les gouvernements, les agences des Nations unies et les représentants du monde universitaire.

11:30-13:00 CEST (heure de Rome, vérifiez votre fuseau horaire ici)
Session d'ouverture - Démasquer le Sommet de l’ONU sur les systèmes alimentaires (90 min)

Exposer les fausses solutions face aux réponses dont les personnes et les communautés ont réellement besoin.

Aperçu de la session
La session comprendra une analyse initiale et un cadrage politique sur la Réponse autonome des peuples au Sommet de l’ONU sur les systèmes alimentaires, suivie de deux présentations plus courtes examinant certaines des fausses solutions présentées par le Sommet. Ensuite, la session proposera un aperçu final des solutions réelles déjà déployées sur le terrain. Après ces quatre interventions, un panel modéré de représentants gouvernementaux de différentes régions sera invité à commenter et à répondre. Un débat général suivra. 


Ordre du jour provisoire de la session
1.     Introduction par les modérateurs (5 min)
2.     Présentation d'ouverture (7 - 10 min)
3.     Exposer et contester les fausses solutions du Sommet (15 min) - Focus sur les “Solutions positives pour la nature” et la numérisation
4.     Solutions issues du terrain (10 min)
5.    Panel modéré (30 min)

6.     Débat général et conclusion de la session

Panélistes:

Ali Aii Shatu, Comité de coordination des peuples autochtones d'Afrique (IPACC)
Paula Giova, La Vía Campesina
Tammi Jonas, Austrian Food Sovereignty Alliance (TBC)
Chukki Nanjundaswamy, La Vía Campesina
Marianeli Torres, Forum mondial des populations de pêcheurs, WFFP
Jim Tomas, ETC Group 

Facilitateur:
Svetlana Boincean,Union internationale des travailleurs de l'alimentation, de l'agriculture, de l'hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes (UITA)
Kirtana Chandrasekaran, Amis de la Terre International

13:30-15:00 CEST (heure de Rome, vérifiez votre fuseau horaire ici)
Dialogue - Le Sommet de l’ONU sur les systèmes alimentaires et la mainmise des entreprises sur la gouvernance (90 min)

Remettre en question le multistakeholderisme pour réaffirmer la centralité de l'intérêt public dans les espaces multilatéraux légitimes.

Aperçu de la session
La session comprendra un panel de 6 personnes (3 issues de l'expérience gouvernementale/ intergouvernementale et 3 des mouvements sociaux/de la société civile), divisé en 3 blocs de questions. Chaque bloc sera introduit par un cadrage général par les co-modérateurs, qui aborderont ensuite différentes questions appropriées à chaque panéliste. Il y aura un espace ouvert aux questions et commentaires du public entre blocs. 
 
Ordre du jour provisoire de la session
1.     Introduction par les modérateurs (5 min)
2.     Premier tour de table : Multilatéralisme vs multistakeholderisme (20 min)
3.     Deuxième tour de table : Analyse de cas concrets (30 min)-  La réponse à la COVID-19 - l’Agroécologie
4.     Troisième cycle de discussion : Mesures transformatives (20 min)
5.     Débat général et conclusion de la session

Panélistes:

Michael Fakhri, Rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation
Mary Mubi, ancienne Représentante permanent du Zimbabwe aux ABR
Jomo Kwame Sundaram, ancien assistant du Secrétaire général des Nations unies pour le développement économique et conseiller sénior au Khazanah Research Institute, Malaysie
Isa Alvarez, Urgenci
Sofia Monsalve, FIAN International
Andre Luzzi, Coalition Internationale de l'Habitat, HIC
Ahmed Sourani, Plateforme Gazaoui pour l'Agriculture urbaine et périurbaine (GUPAP) - à confirmer

Facilitateur:
Shalmali Guttal, Focus on the Global South 
Nora McKeon, Terra Nuova

15:30-17:00 CEST (heure de Rome, vérifiez votre fuseau horaire ici)
Dialogue sur le Sommet de l’ONU sur les systèmes alimentaires et la mainmise des entreprises sur la science (90 min) 

Dévoiler les économies politiques de la science pour sauvegarder les preuves indépendantes et les sources multiples de connaissances pour la transformation des systèmes alimentaires

Aperçu de la session
Les évaluations et conseils scientifiques sont censés jouer un rôle croissant dans la transformation des systèmes alimentaires, y compris sur les questions de politique et de gouvernance. La session a pour but de discuter de l'économie politique de la science dans les systèmes alimentaires, d'exposer et d'explorer les conflits d'intérêts dans la science, et d'aborder les caractéristiques essentielles d'une interface science-politique (ISP) adéquate afin de renforcer le groupe d'experts de haut niveau existant, le HLPE, du Comité de la Sécurité Alimentaire mondiale (CSA). 

Ordre du jour provisoire de la session 
1.    Introduction par les modérateurs (5 min) 
2.    Premier tour de table : Les économies politiques de la science dans les systèmes alimentaires (20 min) 
3.    Second tour de discussion : S'attaquer aux conflits d'intérêts dans la science alimentaire (20 min) 
4.    Troisième cycle de discussion : Renforcer l'interface science-politique (SPI) (20 min)
 5.   Débat général et synthèse de la session

Panélistes:

Victor Súarez Carrera, Vice-Ministre de l'autosuffisance du ministère de l'Agriculture et de l'Aménagement rural, Méxique
Cecilia Rikap, CONICET, système de la recherche publique d'Argentine
Jennifer Clapp, Comité de direction du HLPE
Zoltán Kalmán, Ancien Ambassadeur et Ancien représentant permanent de la Hongrie auprès des agences des Nations unies basées à Rome pour l'agriculture et l'alimentation
Nettie Wiebe, La Vía Campesina
Jones Spartegus, Forum mondial des populations de pêcheurs, India
Onel Masardule, Forum des peuples autochtones d'Abya Yala, Directeur Executif de la Foundation pour la Promotion des connaissances autochtones - à confirmer 

Facilitateurs:
Elisabetta Recine, Observatoire des politiques de sécurité alimentaire et nutritionnelle, Université de Brasilia
Stefano Prato, Société internationale pour le développement

Vidéo :
Le Sommet de l’ONU sur les 
systèmes alimentaires et la mainmise des 
entreprises sur la gouvernance 
Vidéo :
Le Sommet de l’ONU sur les
 systèmes alimentaires et la mainmise des 
entreprises sur la science
Vidéo :
Démasquer le Sommet de l’ONU 
sur les systèmes alimentaires

NOS DIALOGUES | 27 juillet 2021

Cette troisième journée de contre-mobilisation a pour but de célébrer notre vision de la récupération du pouvoir des peuples et de la transformation du système alimentaire industriel. Au programme: 12 événements parallèles auto-organisés et 3 événements régionaux autonomes auto-organisés.

9.30-11.00 (CEST) (heure de Rome, vérifiez votre fuseau horaire ici)

Comment susciter l'adhésion du public à la souveraineté alimentaire et au droit à l'alimentation en Asie ?

Organisé par :
Organisations d'Asie-Pacifique participant à la réponse des peuples autonomes au Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires

EN | FR | ES interprétation disponible 

Regardez ici  (Le lien vers le webcasting sera actif lorsque la session commencera).Si vous souhaitez participer via le zoom, veuillez écrire à [email protected] en indiquant votre nom et votre affiliation.

Description : à confirmer

Modérateur:
  J oseph Purugannan, Focus sur le Sud Global


Les orateurs:
M. Anwar Sastro Maruf : Konfederasi Pergerakan Rakyat Indonesia (Confédération du mouvement populaire d'Indonésie)
M. Zainal Fuat : Serikat Petani Indonesia (SPI), LVC Asie du Sud-Est
M. Herman Kumara : Coordinateur national - Organisation nationale de solidarité pour la pêche (NAFSO),
Mme Kaniz Fatima- Coordinatrice du Droit à l'alimentation Bangladesh Bangladesh
Mme Roma Malik, All India Union of Forest Working People, Inde
M. Pramesh Pokharel :  Fédération des paysans du Népal (ANPFa)Jeunes de la CCI La via Campesina Asie du Sud
Mme Tammi Jonas : Australian Food Sovereignty Alliance et IPC

Regarder la session
Les impacts de l'agriculture industrielle en Afrique subsaharienne et les raisons pour lesquelles nous devons en écarter le financement du développement

Organisé par : 
Brighter Green, Lawyers for Animal Protection in Africa (Kenya), CAAWO (Afrique du Sud), Sinergia Animal, World Animal Protection, FoE-US, Feedback, Global Forest Coalition, Bank Information Center.
EN (interprétation ES à confirmer)

Inscrivez-vous ici

Description :
Cet événement accueillera des universitaires, des juristes et des défenseurs de la société civile pour discuter des moteurs et des impacts de la croissance de l'élevage industriel et du besoin urgent de politiques et de financements pour des systèmes alimentaires et agricoles durables et équitables. Des perspectives de diverses régions seront présentées, y compris un regard particulier sur la perspective africaine. Elle attirera l'attention des gens sur les investissements lourds et les intérêts des entreprises qui façonnent les politiques de financement du développement favorisant l'expansion du secteur de l'élevage agro-industriel, en particulier le rôle des banques multilatérales de développement (BMD). Elle explorera les possibilités et l'urgence de poursuivre la recherche, le développement d'alliances et l'engagement dans le monde universitaire, le plaidoyer et les processus mondiaux et régionaux et, nous l'espérons, inspirera une articulation plus large autour de la campagne contre les investissements de financement du développement dans l'élevage industriel et la nécessité de réorienter le financement du développement et les priorités politiques vers les domaines suivantsl'agroécologie, couvrant une série de domaines (par exemple, l'environnement, la santé, le bien-être des animaux), les moyens de subsistance des agriculteurs, etc.)  

Les orateurs :
Judy Muriithi, Avocats pour la protection des animaux 
Charles Ssekyewa, directeur du Centre de recherche et de développement des écosystèmes, Ouganda 
Tozie Zokufa, Coalition des organisations africaines de protection des animaux, Afrique du Sud.
Merel van der Mark, Sinergia Animal 

Dr. Victor Yamo, World Animal Protection, Kenya

Les semences sont le pouvoir : Récupérer la souveraineté des semences africaines 

Organisé par : 
Les réseaux africains de souveraineté semencière, avec la coordination de l'Alliance zambienne pour l'agroécologie et la biodiversité, Haki Nawiri Afrika et Oxfam Novib. 
Anglais seulement

Inscrivez-vous ici :  https://us02web.zoom.us/j/89784774988?pwd=c04vU2QwODV5aVYxV0lRYWRWUU50UT09

Description : Cette session se concentre sur les systèmes de semences gérés par les agriculteurs et la réalisation des droits des agriculteurs en Afrique. Elle vise à mettre en évidence les défis et les solutions proposés par les agriculteurs contre la mainmise des entreprises sur leurs systèmes semenciers et alimentaires. Elle réclame un espace pour les voix des agriculteurs qui sont mises de côté. L'agence et la libération économique des agriculteurs africains est le point de départ d'une vision de la réalisation de systèmes alimentaires durables et justes pour tous, en particulier en Afrique. La souveraineté des semences est au centre d'une telle vision. Dans le cadre du projet FoodSystems4People, nous cherchons à obtenir un soutien global pour les systèmes de semences gérés par les agriculteurs. Cela englobe un ensemble plus large de droits de l'homme et de développement rural, qui font partie intégrante du droit à l'alimentation et à la nutrition, des ODD, et de traités et déclarations tels que l'UNDROP et le TIRPAA.

Les orateurs : à confirmer

11.30-13.00 (CEST) (heure de Rome, vérifiez votre fuseau horaire ici)

‘Souveraineté technologique’ : de quel type d'innovation et de technologie les petits producteurs alimentaires ont-ils besoin et veulent-ils ? 

Organisé par : 
La Coordination Européenne Via Campesina, Les Amis de la Terre Europe, FIAN International, AgroecologyNow/Centre for Agroecology, Water and Resilience at Coventry University, Agroecology-in-Action, Schola Campesina et ETC Group
Interprétation EN | FR disponible  

Inscrivez-vous : ici

Description :
L'une des fausses promesses du Sommet sur les systèmes alimentaires (FSS) est que nous devons simplement libérer le potentiel du numérique et d'autres nouvelles technologies pour résoudre les crises d'aujourd'hui et rendre les systèmes alimentaires durables. Mais les propositions promues par le FSS sont muettes sur ce qu'elles sig nifient en pratique pour les productrices et producteurs d’aliments à petite échelle et sur la manière dont ces solutions correspondent à leurs besoins et aspirations réels. La session partira des expériences et des points de vue des petits productrices et producteurs sur les technologies pour ouvrir des questions plus larges sur l'innovation et la technologie dans une perspective de souveraineté alimentaire.  Cet événement vise à Stimuler la discussion sur les technologies dans le contexte de la souveraineté alimentaire ; Contribuer à la formulation des caractéristiques de la souveraineté technologique qui repose sur les besoins et les aspirations des petits producteurs et productrices ainsi que sur leur autonomie, y compris en ce qui concerne les technologies qu'ils/elles utilisent ;  Avancer des propositions sur la façon de construire des formes alternatives de création et de gouvernance des technologies dans une perspective de souveraineté alimentaire, d'économie solidaire et de droit à l'alimentation.

Intervenant.e.s :

Morgan Ody, Coordination Européenne Via Campesina (ECVC), France
Ravindu Ishan Gunarathne, Organisation nationale de solidarité de la pêche (NAFSO), Sri Lanka
Hamadi Abbas Mohammed, ADJMOR- Alliance Mondiale des Peuples Autochtones Mobiles (WAMIP), Mali
Andrea Ferrante, Schola Campesina, Italie

Un Green New Deal mondial : réparer nos systèmes alimentaires défaillants. Comment la souveraineté alimentaire permet de construire des alternatives basées sur la justice.

Organisé par : 
War on Want 
Interprétation en anglais, cinghalais, arabe et bengali disponible.

Inscrivez-vous
  ici

Webstreaming Ici

Description :
Le système alimentaire industriel actuel est responsable de près d'un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre et contribue à la déforestation, à la dégradation des sols et à la perte d'eau. L'agriculture industrielle déplace les gens de leurs terres, nourrit les profits des entreprises plutôt que les gens, augmente la pauvreté et les violations des droits de l'homme. C'est pourquoi la souveraineté alimentaire est un pilier essentiel du New Deal vert mondial. 
Ce n'est qu'en travaillant avec les petits agriculteurs, les pêcheurs et les travailleurs agricoles que nous pourrons créer un système alimentaire juste basé sur la souveraineté alimentaire, afin de mettre fin à la faim et de minimiser les impacts climatiques. La souveraineté alimentaire est un cadre important qui a été mis en avant par des mouvements du monde entier au cours des 25 dernières années. Rejoignez-nous, ainsi que nos partenaires du Sud qui construisent déjà ces alternatives, pour discuter de ce à quoi ressemble un système alimentaire mondial juste et durable. 

Les orateurs :

Asad Rehman - War on Want 
Golam Sorowor - Fédération des agriculteurs travailleurs du Bangladesh (BAFLF)
Omar Aziki - ATTAC/CADTM Maroc et le Réseau Nord Africain pour la Souveraineté Alimentaire 
Chintaka Rajapaksa - MONLAR Sri Lanka - Movement for National Land and Agricultural Reform
Teresa Anderson - ActionAid International

Alternatives économiques féministes pour une transformation systémique du système alimentaire


Organisé par :

Action Aid 
EN | FR | ES interprétation

Inscrivez-vous
 ici

Description :

Le système économique dominant sert à la fois à exploiter et à exacerber la position relative d'exclusion économique, sociale et politique des femmes. Des économistes et universitaires féministes, des militantes féministes, des organisations de défense des droits des femmes et des mouvements syndicaux travaillant aux niveaux local, national, régional et international ont montré comment ce système s'entrecroise avec les systèmes du patriarcat, du racisme, du (néo)colonialisme et de l'hétéronormativité, entraînant l'exploitation de la majorité des femmes du monde et de l'environnement, les plus durement touchés étant ceux du Sud. 
En plus de l'agriculture, les femmes effectuent la plupart des travaux ménagers : collecte de l'eau et du bois de chauffage, cuisine, nettoyage et lavage, ainsi que les soins aux membres de la famille et de la communauté. Les femmes ont toujours été actives dans la production de cultures vivrières, la transformation des aliments et la commercialisation. Cependant, bien qu'elles représentent près de la moitié des producteurs agricoles du monde, les femmes ont accès à moins de 20 % des terres et les contrôlent. Alors que le monde sort de la pandémie de COVID-19, il est crucial que les droits de l'homme, le climat et la justice sociale soient les moteurs de la réforme sociale.
Bien qu'incroyablement diverses et souvent spécifiques au contexte, les alternatives économiques féministes (AEF) exigent et mettent en pratique des mesures visant à la transformation systémique des règles de l'économie. 
La transformation systémique implique de dénoncer et de démanteler les relations de pouvoir inégales qui sont enracinées dans des systèmes d'oppression interdépendants et de reconstruire les systèmes économiques, les structures, les politiques et les institutions qui les perpétuent et en tirent profit, afin que les systèmes économiques soient plutôt axés sur la réalisation démocratique et responsable des droits de l'homme pour tous et sur la préservation de l'environnement. Les AEF sont ancrées dans les principes et les valeurs de la protection de toutes les formes de vie, de la promotion de l'autonomie et du leadership des femmes, de la coopération et de la solidarité, de la démocratie et du pluralisme, de la valorisation des connaissances locales et de l'absence de violence sexiste.

Les oratrices :

Modératrice - Wangari Kinoti - Chef de l'équipe des droits des femmes - ActionAid International 
Discours d'ouverture - Ruth Nyambura - African EcoFeminist Collective 
Discussant 1 - Miriam Nobre - World March of Women                                         
Discussant 2 – Sonia Vidal - La Via Campesina                                                   
Discussant 3 – Andrea Collins, University of Waterloo 

Débat avec intervention du public 

13.30-15.00 (CEST) (heure de Rome, vérifiez votre fuseau horaire ici)

L'Afrique répond à l'UNFSS : récupérons notre souveraineté alimentaire et transformons le système alimentaire industriel.

Organisé par : 
Organis​ations africaines participant à la réponse des peuples autonomes au Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires
EN | FR | ES | PT interprétation disponible

Description : 
Nous, Africain.e.s, rejetons le Sommet des Nations Unies sur les Systèmes Alimentaires (UNFSS), comme une continuation du développement néocolonial et de l'agenda agraire extractiviste sur notre continent.
L'UNFSS dépeint les systèmes alimentaires africains comme déficients, et ayant besoin de plus de technologies occidentales de sauvetage, de productivité et d'amélioration de la compétitivité. Pourtant, cela ne servira qu'à affaiblir davantage des systèmes déjà érodés par des décennies de négligence de l'État et de subordination économique.
Le renforcement des systèmes alimentaires africains et des producteurs et productrices d'aliments doit être fondé sur les droits humains, la biodiversité et le bien-être socio-écologique au sens large. Cet événement réunira des petit.e.s producteurs et productrices alimentaires, des travailleurs et travailleuses agricoles et des consommateurs et consommatrices vulnérables, afin d'exprimer collectivement nos priorités et nos solutions pour les systèmes alimentaires et les écologies du continent.
Ensemble, nous pouvons commencer à définir une vision panafricaine de la transformation des systèmes alimentaires, à partir de la base.

Modérateurs 

Mariam Mayet, African Centre for Biodiversity (ACB)
Mateus Santos, La Via Campesina (LVC)

Ordre du jour
Introduction

PRESENTATION DE LA POSITION COMMUNEIntroduction à la vision     
Yehia Ag Mohamed Ibrahim, Association des jeunes de la commune d'Essakane (ANMATAF)
La vision que nous défendons
Christiana Saiti Louwa, Forum Mondial des Populations de Pêcheurs    
Ce que nous dénonçons    
Elizabeth Mpofu, Zimbabwe Small Holder Organic Farmers' Forum (ZIMSOFF) – LVC
Ce que nous demandons
Dieudonné Pakodtogo, Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs de l'Afrique de l'Ouest (ROPPA)
LES VOIX DU TERRAINPecheurs
Christiana Saiti Louwa, Forum Mondial des Populations de Pêcheurs    
Pastoralistes
Hamadi Ag Mohamed Abba, ADJMOR
Travailleurs agricoles 
Mohamed Hakech, Fédération Nationale Du Secteur Agricole (FNSA/MAROC)
Jeunes et Femmes
Nzira Deus, World March of Women
Agriculteurs familiaux
ROPPA
Paysans
David Otieno, Kenyan Peasant League
Vidéo : Souveraineté des semences
La Via Campesina
Populations urbaines qui souffrent l’insécurité alimentaire
Samuel Ikua, Habitat International Coalition (HIC) 
Peuples indigènes
Ali Ali Shatu, Indigenous Peoples of Africa Co-ordinating Committee
CONCLUSIONRésumé des éléments d'une vision et des demandes panafricaines 
Discussion : Apports des participants 
Prochaines étapes
Spectacle de clôture 
Poète Khadija Tracey Heeger

Regarder la session LIRE LA DÉCLARATION
Accès universel à la nourriture : Récupérer les systèmes alimentaires des peuples indigènes et l'agriculture soutenue par la communauté


Organisé par :

 Just Food, Centre africain de recherche sur la population et la santé, OMS, FIAN
NorvègeAnglais seulement

Inscrivez-vous  ici

Description :
Un système alimentaire équitable et durable est celui qui est ancré dans le droit à l'alimentation pour tous. Le nouveau récit de l'accès universel à l'alimentation (AAU) vise à perturber le système alimentaire actuel qui considère la nourriture comme une marchandise ségréguée et, au contraire, à protéger et valoriser une nourriture saine et culturellement pertinente comme une ressource essentielle à partager avec tous les membres de nos communautés. Alors que nous nous mobilisons ensemble pour défendre des systèmes alimentaires résilients, la protection des petits exploitants agricoles et la résistance à l'accaparement par les entreprises, le temps est venu ! 
Dans notre session, nous allons mettre en lumière les politiques innovantes, les actions communautaires et les modèles alimentaires solidaires qui rendent les aliments culturellement appropriés et nutritifs plus abordables et accessibles dans le monde entier. Liz Kimani et Liv Elin Torheim présenteront le concept et le fondement juridique de l'UFA. Sia Pickett expliquera comment Just Food soutient la viabilité des petites fermes tout en augmentant l'équité économique et raciale au sein du plus grand réseau d'agriculture soutenue par la communauté de la ville de New York. La session demandera à nos orateurs, panélistes et au public comment leur travail soutient le droit à l'alimentation, protège les agriculteurs et l'action collective nécessaire pour faire de notre vision de l'accès universel à l'alimentation et de l'équité dans notre système alimentaire une réalité.


Modérateur :  
 Arvid Solheim, FIAN Norvège

Facilitateur
: Qiana Mickie, Urgenci, membre du comité de coordination du CSM, représentant des consommateurs.


Les orateurs : 
Elizabeth Kimani-Murage, APHRC
Liv Elin Torheim, Université métropolitaine d'Oslo
Sia Pickett, Just Food
Gam Shimray, directeur de l'Asian Indigenous Peoples Pact.

La grande prise de contrôle du secteur privé : Comment le multipartenariat menace les systèmes alimentaires, les populations et les États.

 Organisé par :  Transnational Institute (TNI), FIAN International, Focus on the Global South, MAB/LVC Global Campaign to Dismantle Corporate Power, Stop Impunity and for Peoples' Sovereignty, People's Health Movement (PHM), Friends of the Earth International (FoEI)
Interprétation disponible en EN | ES


Inscrivez-vous ici

Description :
La gouvernance multipartite et le "multilatéralisme en réseau" sont en train de supplanter le multilatéralisme dans des domaines clés de la politique économique, sociale, environnementale et du développement durable. Le multipartenariat marginalise non seulement les gouvernements - en particulier ceux du Sud - dans la prise de décisions clés en matière de politiques et de programmes, mais aussi les organisations de la société civile et les communautés.  Le centre d'un groupe multipartite n'est pas l'État, mais une ou plusieurs sociétés transnationales rejointes par un groupe de leurs "amis" issus de la société civile, du système des Nations unies, de certaines agences gouvernementales et du monde universitaire. Dans le cadre du "multilatéralisme en réseau", le système des Nations unies n'est pas considéré comme l'organe de direction et de définition des politiques mondiales, mais seulement comme l'un des nombreux acteurs de la mondialisation. Pour les communautés affectées, les mouvements sociaux et la société civile internationale, ce déplacement de la centralité de la gouvernance mondiale des gouvernements vers les sociétés transnationales est plus qu'inquiétant. Dans cette table ronde, nous voulons exposer, à l'aide d'exemples et de cas, pourquoi et comment nous voyons le nouveau multilatéralisme, conçu et dominé par les entreprises, comme une menace sérieuse pour la souveraineté alimentaire et les systèmes alimentaires locaux et durables. Expliquer clairement quels sont les impacts sur les institutions de la gouvernance mondiale et la privatisation de la démocratie, ainsi que sur la vie des gens. Et partager nos visions et nos idées sur la façon de surmonter le multilatéralisme et de renforcer la souveraineté des peuples.


Les orateurs :
Harris Gleckman, Expert / TNI ; 
Sofia Monsalve/FIAN International ;
Kirtana Chandrasekaran, FOEI ;
Claudio Schuftan, PHM ;
Tchenna Maso (Campagne mondiale MAB/LVC pour démanteler le pouvoir des entreprises, mettre fin à l'impunité et pour la souveraineté des peuples)


Facilitateurs : 

Gonzalo Berrón (CPTeam TNI) & Shalmali Guttal (Focus on the Global South) 

15.30-17.00 (CEST) (heure de Rome, vérifiez votre fuseau horaire ici)

Le rôle des travailleurs agricoles pour nourrir le monde

Organisé par : Union internationale des travailleurs de l'alimentation, de l'agriculture, de l'hôtellerie, de la restauration, du tabac et des branches connexes (UITA) 
EN | FR | ES interprétation disponible


Inscrivez-vous  ici

Description :
Selon l'OIT, 1,1 milliard de personnes travaillent dans l'agriculture dans le monde, dont 40 % en tant que salariés dans des plantations et des exploitations agricoles. Les travailleurs agricoles contribuent à nourrir le monde et, dans de nombreux pays, ils ont été classés comme "essentiels" pendant la pandémie de COVID-19 ; toutefois, cela ne signifie pas que leurs conditions se soient améliorées. Beaucoup d'entre eux continuent de travailler dans des conditions de santé et de sécurité médiocres, reçoivent des salaires de misère et restent largement incapables de s'organiser en raison d'une exclusion légale généralisée de la protection du droit du travail national. Les droits syndicaux sont souvent restreints ou réprimés et peu de travailleurs peuvent accéder à leur droit fondamental à la liberté d'association. Seuls 5 % des travailleurs agricoles ont accès aux inspections du travail ou à la protection juridique de leurs droits en matière de santé et de sécurité.L'événement se concentrera sur le rôle important que jouent les travailleurs agricoles dans la production alimentaire et sur leur exclusion systématique des protections du droit du travail. L'UITA lancera un rapport célébrant les 100 ans de la Convention 11 de l'OIT sur le droit d'association dans l'agriculture, un instrument clé pour garantir que "tous ceux qui travaillent dans l'agriculture" aient "les mêmes droits d'association et de combinaison que les travailleurs industriels". La Convention 11 reste un outil essentiel pour que les travailleurs agricoles puissent accéder à leurs droits et s'engager dans la négociation collective, ce qui est essentiel pour se sortir de la pauvreté et de la faim et obtenir un travail sûr.


Les orateurs :
Session présidée par Sue Longley, secrétaire générale de l'UITA     
Shikha Bhattacharjee, GLJ-ILRF (Inde)   
Baldemar Velasquez , FLOC (USA)     
Frank Ulloa, REL-UITA (Costa Rica)   
Mopholosi Morokong, UITA Afrique (Afrique du Sud)  
Remarques finales de Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI 

La lutte pour la souveraineté alimentaire dans les Caraïbes et en Amérique latine : comment transformer les systèmes agroalimentaires pour qu'ils soient durables, sains et un bien commun pour l'humanité ?

Organisé par : 
Organización Boricuá de Agricultura Ecológica de Puerto Rico CLOC-LVC International & FIAN Colombia
E N | FR | ES interprétation disponible

Description :

Au cours de cette table ronde et de ce débat, nous serons accompagnés de paysans, de chercheurs, d'organisations agraires, d'organisations de défense des droits de l'homme et de la société civile, ainsi que de militants de la souveraineté alimentaire des Caraïbes et d'Amérique latine qui, chaque jour, mettent en place des systèmes agroalimentaires durables, sains et appartenant aux populations, en défiant les intérêts du modèle agricole industriel et la marchandisation de la nature.

Les orateurs :

Jesús Vázquez Negrón, Organización Boricuá de Agricultura Ecológica de Puerto Rico (CLOC - La Vía Campesina Caribe)
Islanda Micherline Aduel, Têt Kolé Haití (CLOC - La Vía Campesina Caribe)
Lieser Ramirez Pujols, Asociación de Jóvenes Emprendedores Sembrando para el Futuro de FEDECARES, República Dominicana (CLOC - La Vía Campesina Caribe)
Hernando Salcedo Fidalgo, coordinador línea de nutrición de FIAN Colombia
Mercedes López Martínez, Directora de Vía Orgánica y la Asociación de Consumidores Orgánicos en México
Janine Giuberti Coutinho, Coordinadora del Programa de Alimentación Saludable y Sustentable del Instituto Brasileno de Defensa del Consumidor - Idec
Alejandro Calvillo, director “El poder del consumidor”, México.

Regarder la session
De la poudre aux yeux : Comment l'UNFSS promeut les systèmes alimentaires des entreprises via de fausses solutions, les cas de l'élevage industriel et des solutions basées sur la nature.

Organisé par : 
Global Forest Coalition, National Forum for Advocacy (NAFAN), Friends of the Earth International (FoEI), GRAIN, ETC Group, Third World Network (TNW), World Animal Protection (WAP) 
Interprétation disponible en EN | ES


Inscrivez-vousici

Description 
Nous voulons montrer comment les processus des Nations Unies sur le climat, la biodiversité et l'alimentation, qui sont censés bénéficier au bien commun, sont devenus dominés par des intérêts corporatifs cherchant à assurer des profits au détriment des droits des personnes, des moyens de subsistance et du bien-être animal. Cet espace soulignera la nécessité de remettre le contrôle de la production alimentaire entre les mains des petits producteurs, la nécessité de l'agroécologie pour la souveraineté alimentaire et l'amélioration du bien-être animal. L'élevage industriel et la production de matières premières, un facteur clé de la déforestation, reçoivent encore des subventions massives malgré leur rôle dans les violations des droits de l'homme, les émissions de gaz à effet de serre et la menace pour la santé publique. Pourtant, le modèle d'élevage agro-industriel continue de se renforcer par le biais de fausses allégations de durabilité telles que l'"intensification durable" ou le fait que certains produits carnés et laitiers ne sont pas liés à la déforestation. De même, les nouveaux concepts de "solutions fondées sur la nature" et d'"alimentation positive pour la nature" perpétuent le modèle industriel en permettant aux entreprises agroalimentaires de poursuivre leurs activités tout en compensant leur destruction par des "projets de nature".  Nous présenterons donc des solutions populaires pour le changement du système alimentaire et la justice environnementale, ainsi que des mesures visant à contrôler la surexploitation des ressources, à respecter les droits des peuples indigènes et des communautés locales, et à mettre fin à la souffrance animale.


Les orateurs :
Simone Lovera (GFC), 
Henk Hobbelink (GRAIN) / Silvia Ribero (ETC), 
WAP (TBC)/Bhola Bhataraii (NAFAN)
Kamal Rai/ FoEI

17.30-19.00 (CEST) (heure de Rome, vérifiez votre fuseau horaire ici)

Le coût réel des systèmes alimentaires industriels "hautement développés".

Organisé par : 
Organisations nord-américaines participant à la réponse des peuples autonomes au Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires
EN | FR | ES interprétation disponible

Description:
Ce panel, organisé par les membres du collectif CSM NA, explorera l'interconnexion entre l'agriculture industrielle, le colonialisme de peuplement, l'oppression raciale et la violence systémique dans nos systèmes alimentaires ici à Turtle Island (Canada et États-Unis). Alors que le Sommet des Nations Unies sur le système alimentaire s'apprête à faire passer l'industrialisation accrue des systèmes alimentaires nord-américains pour "positive pour la nature", nous sommes dans une position unique pour affirmer les conséquences sociales, économiques et écologiques de notre système alimentaire dominant et son caractère antithétique par rapport à la transformation dont nous avons besoin dans les systèmes alimentaires mondiaux. Organisé sous la forme d'une conversation informelle avec un modérateur, ce panel présentera les voix et les expériences de petits producteurs, de peuples indigènes, de travailleurs agricoles et de jeunes de toute l'île de la Tortue.  


Les orateurs:
Noah MacDonald, de SAAFON (USA)- à confermer, de Justicia for Migrant Workers (Canada)- Jim Goodman, président du conseil d'administration de la NFFC (USA)- Bridget Larocque, Arctic Athabaskan Council (Canada)- Qiana Mickie, QJM Multiprise (USA)


Modérateurs :
Tyler Short (Family Farm Defenders et CSM Youth) et Ayla Fenton (Loving Spoonful et National Farmers Union)

Regarder la session
Le parcours des mouvements de souveraineté alimentaire : défis et perspectives d'avenir

Organisé par : 
Comité international de planification pour la souveraineté alimentaire (IPC)
EN | FR | ES interprétation disponible

Description 

La souveraineté alimentaire est apparue en 1996 comme le changement de paradigme nécessaire pour lutter contre la faim et la pauvreté. 25 ans plus tard, nous savons qu'elle est également fondamentale pour assurer notre survie sur Terre. Les mouvements sociaux discuteront des politiques alimentaires, de l'autodétermination, des droits de l'homme et de la redistribution du capital et des ressources. Qu'avons-nous appris des expériences des mouvements sociaux ?Au cours de ces 25 années, nos expériences d'auto-organisation, de luttes, d'engagement et de confrontation institutionnelle ont permis aux mouvements de souveraineté alimentaire d'atteindre leur maturité. Pourtant, malgré nos réalisations historiques, le CNC et l'orthodoxie néo-libérale ont réussi à pousser, coopter et remodeler les institutions internationales et le discours général sur les politiques alimentaires plus que nous.Les panélistes examineront la façon dont nos mouvements sociaux se sont engagés dans les espaces internationaux, l'exemple de la façon dont la souveraineté alimentaire transforme en pratique la vie des communautés, les limites de la pandémie et les scénarios futurs possibles. Est-ce le moment de repenser notre stratégie pour la souveraineté alimentaire ? Comment utiliser notre expérience passée pour organiser les changements 25 ans plus tard ? 

Les orateurs :

Modérateurs : Paula Gioia (Allemagne, LVC) et Naseegh Jaffer (Afrique du Sud, WFFP)
Saul Vicente (Mexique, IITC)
Alimatou Traoré (COFERSA –COASP-Mali – CNOP -CIP)
Perla Alvarez (Colombie, LVC)
Melissa (Colombie, MAELA) - Groupe de travail du CIP sur la jeunesse 

REGARDER LA SESSION (PARTIELLEMENT DISPONIBLE EN FRANÇAIS)
L'agroécologie pour la souveraineté alimentaire : la voie à suivre pour transformer les systèmes alimentaires que nous devons défendre

Organisé par :
 La Via Campesina (LVC), MAELA, Amis de la Terre International (FOEI)
EN | FR | ES interprétation disponible

Description 

Compte tenu de la "compréhension" de plus en plus massive et diverse de l'agroécologie, nous pensons qu'il est important de présenter au Counter Pre-Summit notre vision de l'agroécologie et notre analyse des menaces que le Sommet fait peser sur elle, dans le cadre des tentatives de captation de l'agroécologie par les entreprises. La session aura trois orateurs principaux sur l'agroécologie en tant que mode de vie et mouvement ; l'agroécologie en tant que pratiques et science ; et les menaces que le Sommet pose à l'agroécologie. Après cela, il y aura un espace pour les questions et les commentaires des participants et des remarques de clôture par les orateurs principaux.

Les orateurs :

LVC
MAELA
Groupe académique de la contre-mobilisation du peuple

CLÔTURE | 28 juillet 2021

De 14 h à 16 h CEST (heure de Rome, vérifiez votre fuseau horaire ici)

Le panel de clôture a eu pour objectif de : fournir un espace pour les perspectives et le dialogue interrégionaux, présenter les impressions et les conclusions préliminaires des jours 1 à 3 de la contre-mobilisation, et discuter de la voie à suivre d'ici au sommet et au-delà.

14:00-14:45 CEST Espace pour les perspectives et le dialogue interrégionaux

Des représentants d'Amérique latine, d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Nord ont résumé les messages clés qui sont ressortis dans les sessions virtuelles régionales organisées dans le cadre de la Contre-Mobilisation.

Modératrice : Alberta Guerra, ActionAid, membre du groupe de liaison 

Orateurs :Musa Sowe, ROPPA, processus régional africain 
Corina Munoz, Marche mondiale des femmes, processus régional pour l'Amérique latine 
Pramesh Pokharel, All Nepal Peasants' Federation (ANPFA), membre du comité international de coordination de LVC, processus régional Asie-Pacifique. 
Ayla Fenton, National Farmers Union, et Tyler Short Family Farm Defenders, Processus régional nord-américain

14:45- 15:30 CEST Conclusions préliminaires des jours 1-3 de la contre-mobilisation

Modératrice : Nzira Deus, Marche mondiale des femmes, membre du grou​pe de liaison 
Célébrer le Rassemblement virtuel du premier jour (5 min). 
Présentatrice : Magdalena Ackermann, Société pour le développement international 
Éléments clés des dialogues politiques (12 min) : 
Dialogue 1 - Capture de la narration ; fausses et vraies solutions. Présentatrice : Paula Gioia, ECVC/LVC 
Dialogue 2 - Mainmise de la gouvernance par les entreprises. Présentatrice : Shalmali Guttal, Focus on the Global South 
Dialogue 3 - L'appropriation de la science par les entreprises. Présentatrice : Elisabetta Recine, Alliance brésilienne pour une alimentation saine et adéquate
Nuage de mots du 3e jour (5 min). Présentatrice : Charlotte Dreger, FIAN International 
Dialogue ouvert (10 min) : Espace pour les commentaires, les réactions et les contributions supplémentaires du public. 

VOIR LE RÉSUMÉ DU RASSEMBLEMENT MONDIAL
15:30-16:00 CEST La voie à suivre ...

Modératrice : Nzira Deus, Marche mondiale des femmes, membre du groupe de liaison 
Première intervention : Vers le mois de septembre : Stratégies pour défier le sommet 
Intervenant : Jordan Treakle, US National Family Farm Coalition, membre du groupe de liaison 
Deuxième intervention : Vers 2022 - Annonce du rassemblement mondial 2022 
Intervenant : Saul Vicente, Conseil international des traités indiens, au nom du Comité international de planification sur la souveraineté alimentaire (IPC) 
Remarques de clôture par la modératrice

Regardez la vidéo (À partir de la minute 7)

This post is also available in: English (Anglais) Español (Espagnol)